Sélection et évolution de la résistance aux fongicides chez le champignon Mycosphaerella fijiensis, agent causal de la maladie des raies noires des bananiers

Dans le cadre du Master BEE (Biodiversité Ecologie Evolution) Parcours « Biodiversité et EcoSystèmes Tropicaux Terrestres » (BEST-T), l'Umr-Pvbmt offre un stage de Master 2 pour une période de 6 mois de Janvier à Juin, pour l' année universitaire 2016 – 2017 qui se déroulera au laboratoire du Pole de Protection des Plantes au Cirad à Saint Pierre.

Sujet développé :

Mycosphaerella fijiensis est le champignon responsable de la maladie des raies noires (MRN) des bananiers. La MRN est la maladie la plus préjudiciable (d’un point de vue économique) chez cette culture et a été classée comme l’une des 10 menaces les plus importantes pour la sécurité alimentaire planétaire. Cette maladie est également fortement dommageable d’un point de vue écologique de part la grande quantité de fongicides nécessaire à son contrôle. En réponse à cette pression de sélection (application fréquente de fongicides), de nombreuses populations se sont adaptées en développant des résistances, rendant ainsi les traitements chimiques de plus en plus inefficaces. Suite à de nombreuses expérimentations dans les plantations bananières du Cameroun, nous disposons de données de mesures et de suivis de la fréquence de telles résistances à différentes échelles spatio-temporelles et selon différents scénarios d’applications de fongicides. L’objectif de ce stage est d’analyser ces données à l’aide de modèles mathématiques et de génétique des populations dans l’objectif de générer des estimations visant à caractériser le processus d’adaptation des populations de champignons aux fongicides. De tels résultats permettront de mieux comprendre l’évolution des résistances aux fongicides d’une part de définir des stratégies durables et efficaces d’utilisation raisonnée des traitements chimiques visant à réduire l’impact écologique d’autre part.

Publiée : 16/09/2016

Cookies de suivi acceptés