Quarantaine NS3

Le laboratoire de quarantaine du 3P est spécialisé dans l’étude des phytopathogènes (bactéries, virus et champignons), des insectes ravageurs des plantes et des ennemis naturels des insectes ravageurs et des mauvaises herbes. Son but est d’éliminer le risque d’introduction sur l’île de souches de parasites déjà présentes sur l’île qui pourraient aggraver la situation épidémique.

Objectifs

Le laboratoire permet de maintenir les agents pathogènes d’étude dans un état de confinement et d’isolement maximum, d’éviter tout risque pour l’environnement et de répondre aux normes françaises et européennes de confinement. Les exigences et les contraintes de confinement sont schématisées par trois niveaux. Le troisième niveau (NS3) concernent les micro-organismes susceptibles de se disséminer par l’air, l’eau ou les effluents solides.

Description

Le local de confinement est situé à l’extrémité du bâtiment principal du 3P. Il est physiquement isolé des autres unités (exigence n°1), des laboratoires NS2, des bureaux et de l’environnement extérieur par l’intermédiaire d’un couloir SAS dont les portes se referment automatiquement après ouverture. Cet agencement évite tout contact direct entre l’entrée unique du local NS3 et l’environnement, et par conséquent limite les possibilités de fuites vers l’extérieur.

Le local de confinement est constitué de trois chambres climatiques: chambre 1 de 5.85 m2, chambre 2 de 5.85 m2 et chambre 3 de 10.56 m2, et de trois SAS de sécurité : SAS1 de 3.5 m2, SAS2 de 3.68 m2 et SAS3 de 22.36 m2 commun aux trois chambres climatiques et aménagé en laboratoire.

  • La chambre 1 est principalement destinée à l’élevage de populations d’insectes vecteurs et aux essais de transmission des virus phytopathogènes par insectes vecteurs et/ou par agrobactéries.
  • La chambre 2 est destinée à l’élevage d’insectes ravageurs des plantes et des ennemis naturels des insectes ravageurs et des mauvaises herbes.
  • La chambre 3 est principalement vouée à la croissance des plantes et aux tests de pathogénicité.

Cookies de suivi acceptés