EROsion et VEGétation à La Réunion (EROVEG) : interactions en milieu insulaire tropical et effets des changements globaux

Date de début de projet :

04/01/2016

Date de fin du projet :

01/01/2018

Objectifs

Le présent projet propose donc d'améliorer notre compréhension actuelle de ces phénomènes en étudiant les interactions entre précipitations, géomorphologie et végétation sur le contrôle des taux d'érosion en milieu insulaire tropical (Fig. 1). Notre approche a pour objectif d’étudier ces relations à long et court termes.

Pour le long terme, nous synthétiserons et croiserons les bases de données existantes sur les taux d’érosion, la répartition spatio-temporelle des précipitations et la distribution régionale de la végétation. Pour le court terme, nous implémenterons le site labellisé ERORUN de la Rivière des Pluies par une étude fine du rôle de la végétation et des variabilités à petite échelle des précipitations. Les questions de recherche abordées sont spécifiquement :

  • (i) les taux d'érosion à long terme sont-ils corrélés avec les facteurs externes considérés (géomorphologie, précipitations, végétation) ?
  •  (ii) à moyen terme, quel est le rôle de la végétation épiphyte des forêts de montagne dans le bilan hydrique de ces écosystèmes 

Localisation

Réunion

Description

La présente  proposition est basée sur une durée de deux années et organisée en actions mis en oeuvre par les différentes unités de recherche et instituts. Ces actions se chevaucheront dans le temps et leurs résultats seront synthétisés en fin de projet.  

 Action 1 : Synthèse des données existantes

 L’action 1 permettra de mettre en relation les disciplines des différentes unités de recherche en faisant le bilan des données disponibles dans une base de données. Les données existantes concernent le climat (images, stations), la végétation (relevés écologiques/botaniques), les taux d’érosion, la géomorphologie et l’hydrologie de certains bassins versants.

 Action 2 : Variabilité spatio-temporelle des précipitations

 L’action 2 visera à caractériser la variabilité spatio-temporelle des précipitations à l'échelle des bassins versants par l’analyse croisée des données acquises par les deux radars de Météo France (Colorado et Piton Villers) et par les pluviomètres. Cette phase permettra de mieux comprendre l’hétérogénéité spatiale (1) au sein du bassin versant de la Rivière des Pluies et (2) à l’échelle de La Réunion, et de mieux caractériser la variabilité spatiale à différentes échelles de temps.

 Action 3 : Erosion : géomorphologie

 L’action 3 sera consacrée à la caractérisation géomorphologique des bassins versants à partir de données altimétriques, ainsi qu'à la quantification à court terme de l’érosion pour la calibration des paramètres influents à partir de la méthode USLE décrite ci-dessus. En parallèle, une étude (stage M2) sur la caractérisation et la quantification relative des processus mis en jeu dans l’érosion (altération, érosion mécanique et transferts sédimentaires) sera initiée en collaboration avec un autre programmes de recherche. Parmi les résultats de cette action, une analyse comparative des taux d'érosion permettra de comparer différentes échelles de temps et d'estimer la contribution des différents processus à ces échelles.

 Action 4 : Occupation des bassins versants

 L’action 4 sera la caractérisation de l’occupation des bassins versants par des relevés de végétation et l’analyse d’images aériennes et satellites. Les relevés seront basés sur les données collectées par T. Cadet dans les années 1970-80 et complétés par des mesures du couvert végétale (LAI /matériel LICOR). La comparaison de ces données historiques avec des relevés récents permettra de détecter les changements intervenus dans les communautés écologiques présentes dans les milieux naturels.

 Action 5 : Bilan hydrique en forêt de montagne

 L’action 5 en cours vise à étudier la contribution de la végétation épiphyte dans la captation et l’évapo-transpiration des précipitations (pluie et brouillard). Une première expérimentation sera installée dans le bassin versant ERORUN du SOERE RBV au niveau de la Plaine des Fougères afin de suivre en continu, le rôle de l’eau nébuleuse sur les espèces de bryophytes épiphytes, dont la biomasse et la diversité forment une composante importante de ces forêts de montagne.

 Action 6 : Bilan : mise en relation et synthèse

 L’action finale est la synthèse des résultats dans une analyse des relations entre le risque lié aux événements extrêmes d’une part, et les conditions locales (hydro-géologie) et d’occupation des sols (végétation et autres) d’autre part, suivie de la rédaction d’une publication commune.

Partenaires

  •  Unité de recherche LGSR : Pr. Laurent Michon, Pr. Jean-Lambert Join
  •  Unité de recherche LACy : Dr. Anne Rechou,
  •  Unité de recherche PVBMT : Dr. Claudine Ah-Peng, Pr. Dominique Strasberg,
  •  Institut de Physique du Globe de Paris : Dr. Eric Gayer
  •  Météo France : Olivier Bousquet

Financement

MINISTERE DES OUTRE-MER

Cookies de suivi acceptés