Impact des facteurs de stress et de leurs interactions sur l'abeille domestique, Apis mellifera

L'animation scientifique sera effectuée cette semaine par Régis Rouzé, doctorant accueilli au sein de l'Umr-Pvbmt. Il présentera ses travaux réalisés dans le cadre de sa thèse, ce jeudi 13/09, à 11h en salle 1 au Pole de Protection des Plantes au Cirad à Saint Pierre

Abstract

Le déclin de l’abeille domestique, Apis mellifera, a une origine multicausale qui impliquerait des facteurs de stress biotiques, tel que le parasite microsporidien Nosema ceranae, et abiotiques, comme certains pesticides.
 
Ces facteurs de stress peuvent conduire à des interactions toxico-pathologique et ainsi induire des effets délétères synergiques chez l’abeille.
 
Il est proposé dans cette thèse d’étudier, chez l’abeille, l’impact de ces facteurs de stress ainsi que leurs interactions synergiques, et ce, avec des mélanges homologués de pesticides, en exposant l’insecte de façon aigüe ou chronique et en présence ou non du parasite intestinal N. ceranae.
 
Les modulations des effets des co-expositions pesticides/pathogènes seront observées entre autres au niveau de la réponse transcriptomique de l’abeille et de son métabolisme mais également au niveau de la réponse de son microbiote intestinal dont le rôle est primordial dans le maintien de l’homéostasie de l’hôte. Les modes d’action de ces interactions seront également étudiés afin de comprendre s’il existe un mécanisme commun conduisant à des synergies entre les pesticides et les agents pathogènes ou s’il existe des mécanismes spécifiques à chaque pesticide ou à chaque famille de pesticides.
 
Enfin cette étude sera réalisée en comparant différentes lignées en zone tempérée et en zone tropicale.

Publiée : 11/09/2018

Cookies de suivi acceptés