Utilisation de la connaissance du paysage agricole pour l’accompagnement des réseaux d’épidémio-surveillance : application au greening des agrumes à la Réunion : Présentation

Virginie Ravigné, chercheure de l'Umr-Pvbmt, présentera son projet dans le cadre de l'animation scientifique qui aura lieu, ce jeudi 11 octobre 2018 à 11h en salle 1 au 3 P au Cirad à Saint Pierre

Résumé

Les agricultures traditionnelles représentent un véritable défi pour l’épidémio-surveillance des maladies de plantes cultivées. A la structure particulière de ces paysages agricoles, caractérisés par une petite surface totale, des parcelles de petite taille, plus ou moins entourées de réservoirs, s’ajoute le fait qu’ils sont souvent présents dans des territoires présentant de fortes hétérogénéités bioclimatiques (altitude, hygrométrie...). De ce fait, on peut supposer que ces systèmes se caractérisent par une forte stochasticité qui compromet l’usage de modèles génériques pour la prédiction des risques d’émergence et des dynamiques épidémiologiques. L’agrumiculture réunionnaise est un exemple typique de ces agrosystèmes, en proie à des émergences récurrentes de bioagresseurs de cultures.
Dans ce contexte, mon projet vise à explorer comment ces paysages agricoles particuliers résistent ou non à l’émergence de nouveaux bioagresseurs, comment les bioagresseurs circulent dans ces paysages après l’émergence et comment organiser l’épidémio-surveillance en tenant compte de leurs caractéristiques. Les résultats de ces recherches seront appliqués au cas du HLB sur agrumes, actuellement en ré-émergence à la Réunion. Plus spécifiquement, il s'agira  (i) d’étudier la structure du paysage agrumicole à la Réunion et l’organisation de la surveillance actuelle, (ii) modéliser des paysages de même structure, (iii) modéliser des dynamiques de bioagresseurs des agrumes dans ces paysages, (iv) modéliser différentes stratégies de surveillance de ces bioagresseurs.
Je présenterai les résultats préliminaires obtenus par Adrien Maillot (IUT 2017), Corentin Exbrayat (L3proEVAAPP 2018) et Camille Guilloteau (césure ENNREF-AgroParisTech 2018) sur la description de la structure du paysage agrumicole et l'analyse de ses conséquences pour la surveillance et la gestion du HLB. Ces travaux se poursuivront par une thèse réalisée par Ismaël Houillon dès le 1er novembre. 

Publiée : 09/10/2018

Cookies de suivi acceptés